Aujourd’hui c’est avec André que je me suis entretenu. Constructeur maison dans l’Isère depuis presque plus de 15 ans maintenant, André revient sur son parcours pour les lecteurs de edufrance.fr.

 

Bonjour André, pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?
André : Bonjour à tous. Je vous remercie de prendre le temps de m’écouter ou plutôt de me lire (rires). je m’appelle donc André. J’ai 35 ans. Un heureux chef de famille composé de ma tendre femme Myriam et de mes deux enfants Pierric et Nathanaëlle constructeur de maisons en Isère.(voir ici).

Maison individuelle URANIS de plain-pied

 

 

maison-energie-positive-ganova isere

 

Pourquoi avez-vous choisit le bâtiment et plus particulièrement la construction de maison dans l’isère ?

André : A partir de 1987 et ce jusqu’à 1991, j’entendais mes parents parlé de cette envolée des prix de l’immobilier en France. Forcément j’étais encore trop jeune pour tout comprendre de la bulle immobilière. Mais j’avais déjà bien compris que l’immobilier était un placement relativement sûr et qui pouvait rapporter beaucoup aux propriétaires. A mes 18 ans, pas très scolaire, j’ai cherché un boulot. L’immobilier était en plein essor et recrutait. J’ai alors dirigé ma carrière dans ce sens. Je voulais en connaitre plus sur les secrets. Et le fait de participer à la construction de logement avait un côté très fort à mon sens. Je me sentait utile. Même si le travail pouvait être très physique, lorsque je rentrait chez moi le soir, je me disais “tu te rends compte André ? Tu es en train de créer quelque chose qui va rester là pendant peut être des siècles. Des gens vont y vivre dedans et y avoir des bons comme des mauvais moments mais cette habitation aura sans doute un rôle dans leur vie. Au décès de mon second parent, j’ai hérité et en complétant avec mon argent et celui de ma femme, nous avions assez d’argent pour construire notre propre maison pour y accueillir nos enfants. C’était géniale ! Après une journée de travail, au lieu d’imaginer des inconnus y vivre, je m’y voyais pour la première fois moi même et ma future famille ! Chaque jour sur le chantier j’étais un peu plus impatient de le terminer que la veille. A la fin du chantier, je me rappel avoir interdit l’accès du chantier à ma femme. Ainsi un jour à la fin d’un resto, j’ai pu lui faire la surprise de la ramener dans notre nouveau chez nous. Elle n’y avait pas mis les pieds depuis près de 3 mois. Son sourire lorsque je l’ai vue découvrir la maison sera probablement un des moments que je reverrais lorsque à mon dernier souffle ma vie défilera devant mes yeux.

Le mois d’après je me suis dit qu’il fallait que je fasse ma propre entreprise ! Aujourd’hui je regrette en rien cette décision.