pandemie
27 November, 2020

Comment l’économie mondiale se remet du Coronavirus ?

La fameuse pandémie laisse la situation mondiale dans une période de récession économique. Tous les secteurs commerciaux sont touchés par cette crise sanitaire. Elle est maintenant la raison d’une baisse du PIB (rencontré dans tous les pays du monde entier). Si la Chine a pu se mettre au trône de la puissance économique, il n’en est plus là actuellement.

Derrière cette épidémie se cache un coup de froid sur le tourisme, l’industrie automobile ou l’aviation, l’entreprenariat, la restauration, les salons événementiels.  Des mutations persistantes se dessinent dans le monde et il en est difficile de se relever. Naviguez sur ce site pour voir des détails.

La Chine; vers une décroissance commerciale ?

Le COVID-19 est la plus haute menace pour l’économie mondiale à partir de la crise financière, selon l’OCDE. Même le président  Chinois n’admet pas le contraire. Ce noyau de la production industrielle voit ses activités dans une situation de régression. Il faut dire que la Chine étant un grand producteur industriel ainsi qu’un gros partenaire commercial sur le plan mondial est en chute de son chiffre d’affaire. Toutes ses productions connaissent une énorme baisse, en plus ce pays s’oriente vers la demande interne.

En fait, il cesse d’importer au point d’impacter les recettes des autres pays qui dépendent de ses offres commerciales. Ce contexte est dû à une régression de production dont la valeur est de 50 milliards de dollars (selon le rapport de la CNUCED).  Mais il n’en reste pas là !

Comment ce grand pays Asiatique se remet-il ?

Actuellement, il est déjà en pleine restructuration économique en apportant  des refontes sur le secteur des travaux puis au niveau des petites et moyennes entreprises.

Comme à Pékin, des mesures d’appuis s’anticipent. Cela est constaté au niveau de la baisse des impôts et dans l’allègement du coût de financement octroyé par des banques et micro finances. Concernant les projets d’envergure (infrastructurel), les travaux sont déjà avancés d’un an.

Au niveau industriel, il se met dans les produits concentrés pour la demande du secteur tertiaire et domestique. En effet, les restrictions sont levées, 3 mois avant celles qui sont aperçues ailleurs. C’est un déblocage  suivi d’une ouverture des firmes dont les capacités atteindraient un bon intervalle de pourcentage (soit 45% à 70%).

Une reprise au ralenti dans le monde

Selon certains spécialistes un déclin économique de 2.4 % est perçu cette année dans le monde entier. Or, une reprise lente de 5.9% sera anticipée durant l’année prochaine. Moody’s Investors Services ainsi que M. Gruenwald affirment qu’une récupération lente suivant un U est prévisionnel. En fait, elle commence au cours du second semestre de 2020 mais ne pourra pas être assouvie vers la fin de l’année. Il faut attendre que les mesures anticipées par la Chine apportent ses fruits. Aux États-Unis et en Europe, la chute du PIB est récompensée par la pluie des milliards. Cela va borner la casse. C’est la gouvernance en collaboration avec les banques centrales qui concoctent cette politique monétaire, en espérant qu’une deuxième vague de la maladie n’en fera pas défaut.

Un bilan un peu positif selon la FMI

Des séquelles pour combien de temps ? Alors, tout dépend du taux de consommation des consommateurs. Mais n’oubliez pas non plus que nombreuses sont les entreprises qui font faillite, aggravant ainsi le taux de chômage ! En général, le rythme de l’économie n’est pas à son courbe normal d’où la conclusion selon laquelle le PIB de cette année sera en baisse de 3%.

En revanche, une hausse pas très loin de l’analyse faite par des experts en chiffre est en vue selon la FMI. Ce chiffre avoisine les 5.8% en 2021. Mais il faut aussi espérer un grand changement au niveau des dépenses et volume d’importation, au niveau des ménages.

Des initiatives qui ont été apportés aussitôt, sauveront l’économie avec la reprise des activités, et cela dépend du grand centre de la production industrielle. Mais la reprise des activités ajoutées au changement comportemental de chaque citoyen va aussi jouer leur rôle.