Les intérêts pour les livres électroniques ne cessent d’augmenter. Les établissements et les utilisateurs potentiels de l’information digitale essaient d’utiliser ce genre de technologie à bon escient.
C’est dans ce sens que j’ai récemment interviewé Julie de liseuse.biz concernant l’avenir du marché des livres électroniques.

Julie dispose de plusieurs années d’expériences en matière de technologie et d’édition électronique. Elle est co-fondatrice de notre site. Voici l’interview dans son intégralité.

Antoine : Kindle et Oyster proposent de nouvelles offres de liseuse de livres électroniques aux abonnés. Amazon, avec son Kindle, semble se concentrer sur les auto-éditeurs, dont la présence sur le marché sont maintenant estimés à 31% du total des ventes de livres électroniques par jour. Comment voyez-vous cette option d’édition par rapport à celle offerte par les grandes maisons de presses commerciales? Quel rôle voyez-vous en ces marchés de liseuse de livres électroniques ?

8d0e625ce9de4b7be361a05a4577a455_large

Julie : La location de contenus de divertissement sous une licence globale à somme modique, faisait rage depuis plusieurs années pour de nombreux types de médias à la consommation. C’est un modèle naturel qui s’applique à tout divertissement numérique comme les émissions de télévision ou de musique. Et les intérêts pour les livres électroniques n’échappent pas à cette nouvelle vague bien qu’il a fallu un certain temps à l’industrie du livre électronique d’adopter ce modèle.

Antoine : Croyez-vous donc que le marché des liseuses de livres électroniques est maintenant bien établi ?

Julie : Tout comme la musique et la télévision, une forte demande ou de nouveaux contenus hautement commercialisés continueront d’être vendus en dehors du modèle à la “Netflix” de location de livres électroniques. Les grands éditeurs pourront continuer à gagner du profit ici sur notre site avec un compte premium ou encore avec de nouveaux titres à marché de masse, tout en profitant des importantes recettes provenant de leurs abonnés qui sont inscrits en dehors du marché.

Pour un auto-éditeur, la promesse d’un coût abordable à un lecteur pour accéder à son œuvre, associée à la capacité d’en faire profit, est excellente et permettrait même une meilleure exposition des auteurs de niche. Voilà pourquoi Kindle et Oyster sont devenus un véritable succès pour les auto-éditeurs. La large diffusion ajoutée et au faible risque pour le consommateur accroissent les auditoires et saturent le marché des liseuses de livres électroniques.